fbpx
Connect with us

Actualité

Une semaine pour visiter la Corse du Sud avec des enfants

Alors que la crise du Covid perdure, de plus en plus de touristes sont amenés à revoir leur planning de vacances. Partir en France ou à l’étranger ? Vers des destinations lointaines ou dans les territoires avoisinants ? Pour nous, comme pour de nombreux Français, le choix a été vite fait, et surtout motivé par la sécurité sanitaire : la Corse !

Avec des enfants, le choix Corse est d’autant plus rassurant : l’accueil, la sécurité, le dépaysement et surtout la beauté de l’île.

Entre côtes rocheuses, montagnes verdoyantes et plages immaculées, la beauté sauvage de la Corse est tout simplement à couper le souffle. Mais l’île recèle aussi de trésors humains et une culture locale bien vivante : gastronomie alléchante et villages pittoresques à flanc de montagne ne laisseront aucun voyageur indifférent. En réalité, découvrir la Corse offre un mariage unique entre douceur de vivre à la méditerranéenne et richesses naturelles préservées. On pourra s’immerger dans la sophistication d’une station balnéaire haut-de-gamme, entre yachts et rangées de palmiers, à Propriano ou Ajaccio, puis, en franchissant quelques kilomètres, se retrouver au milieu de paysages préservés, sur une plage isolée ou un petit sentier de montagne. Enfin, entre tours génoises qui parsèment le littoral, villages d’altitude et ports fortifiés, le patrimoine historique de la Corse est riche et varié. Bref, que vous soyez adepte du camping, de la randonnée en pleine nature (on pense évidemment au GR20), des sports aquatiques ou tout simplement de farniente à la plage, la Corse a de quoi remplir toutes vos attentes.

1er jour : Ajaccio et le sentier des Iles sanguinaires

Le sentier est situé à Ajaccio. Une fois arrivé dans le centre ville, il faut continuer sur la D111 en direction de l’ouest. Vous continuerez de longer la route côtière qui mène à la pointe de la Parata et vous arriverez jusqu’au grand parking des îles Sanguinaires. Ensuite, vous suivrez le court sentier qui vous mène jusqu’au promontoire autour de la Tour Génoise de la Parata. Lorsque vous serez au bout de la pointe, vous aurez une vue splendide sur les îles sanguinaires. Si la mer est agitée, vous pourrez faire des photos spectaculaires des îles et des rochers sur lesquels les vagues se brisent. Cette courte visite à pied (20 minutes aller-retour) vaut vraiment le détour, surtout le soir ou plus tard au coucher du soleil, pour voir le ciel autour des îles qui est teinté de toutes les nuances de rouge, offrant une vue à couper le souffle.

La Tour Génoise de la Parata au bout du sentier des ïles Sanguinaires

2e jour : Le Musée National de la Maison Bonaparte

Maison où vécut la famille Bonaparte entre 1682 et 1923, aujourd’hui restaurée et devenue musée national.

Napoléon vit le jour dans cette demeure le 15 août 1769. La maison natale de l’empereur abrite un musée consacré a la famille Bonaparte.
Mobilier, peintures, décorations vous replongent dans l’ atmosphère de la fin du 18ème siècle.
Sans doute l’endroit le plus singulier et le plus démonstratif afin de mieux comprendre le chemin parcouru par Napoléon.

La visite commence au second étage où sont évoqués l’histoire de la Corse à la fin du 18ème, les parents de Napoléon, sa jeunesse et le dernier passage du général Bonaparte en Corse lors de son retour d’Egypte en 1799.
Au premier étage, les salons présentent, dans un décor réalisé sous napoléon III, les meubles achetés en 1796 par Letizia, la mère de Napoléon. D’autres salles sont consacrées à la mort de Napoléon, à la légende napoléonienne et aux visites impériales à Ajaccio sous le second empire.

L’office de tourisme du Pays d’Ajaccio peut organiser des visites guidées de la Maison Bonaparte
Pour une clientèle groupe, sur demande , tout au long de l’année.
Pour une clientèle individuelle, d’avril à octobre, selon un programme de visites guidées.

La maison natale de l’empereur Napoléon
Aperçue du salon principal

3e jour : les Calanques de Piana et les cascades d’Aïtone

Les calanques de Piana (en langue corse calanche di Piana, au singulier calancal) sont situées sur la côte ouest, à Piana, à mi-chemin entre Ajaccio et Calvi, sur la route du bord de mer corse. La façon la plus classique de visiter les calanques de Piana c’est d’emprunter cette unique route qui relie les villages de Piana et de Porto : la D81. Étroite et sinueuse, cette magnifique route vous mènera au coeur des calanques sur environ 2km.

Les calanques se présentent sous la forme d’un petit chaînon montagneux en forme de « V » pointé vers la droite aux Roches Bleues, qui démarre au nord au-dessus de l’anse de Dardo situé sur la rive sud du golfe de Porto et se termine au sud au pont de Cavallaghiu. Le culmen s’établit à 698 m. Au milieu se trouve un rocher, dominé par Capu Ghineparu (515 m).

Ce site, classé au patrimoine mondial de l’Unesco, il est d’une incroyable beauté.

Une fois, la visite en voiture terminée, rendez-vous au parking de la tête de chien et vous trouverez la petite randonnée du Chemin du Château-fort.

A travers un dédale de magnifiques rochers de couleur rougeâtre, un sentier mène au Château-fort. Ne vous méprenez pas, vous ne verrez pas un « vrai » château-fort, seulement un gros rocher qui en a la forme. Vous aurez surtout un merveilleux belvédère avec une vue imprenable sur le golfe de Porto, les Calanche, et au loin le village de Piana. Attention toutefois, prenez garde au précipice avec les enfants…

Les calanques de Piana
Le parking de la Tête de Chien

Situé à environ 50mn des calanques de Piana, rendez-vous aux cascades d’Aïtone, ne vous attendez pas à voir de hautes cascades spectaculaires tombant d’une falaise : les cascades d’Aïtone, c’est un ensemble de petites cascades et piscines naturelles creusées dans la roche, entourées par les arbres de la forêt d’Aïtone, qui donnent à l’ensemble cette si jolie couleur vert émeraude.

Les cascades d’Aïtone sont justes magnifiques. On aimerait les garder rien que pour soi… C’est un endroit à ne pas manquer, juste pour le plaisir des yeux.

Attention, qui dit site agréable dit aussi site très fréquenté en période estivale alors, pour éviter la foule, mieux vaut bien choisir ses horaires.


4e jour : visitez la fabrique de fromage U Palmentu à Bastelicaccia

U Palmentu, est une fabrique de fromage de brebis et de Brocciu AOC de qualité, entièrement artisanaux, situé sur Bastelicaccia à 15 mn d’Ajaccio.

Producteur de fromage corse depuis 19 ans, situé à Bastelicaccia sur la route d’Ocana, l’exploitation de François Vincenti produit depuis l’an 2000 du fromage corse distribué sur toute la région. Un savoir-faire traditionnel qui remonte à plus loin et s’inscrivant dans la continuité familiale puisque son grand-père était aussi berger.

Après le panneau, suivre le sentier et ses tournants à angle droit, sur quelques centaines de mètres pour arriver à la fromagerie à la fin d’une piste en terre.

Tout le rez de chaussée est consacré à un laboratoire moderne et fonctionnel où s’active le personnel. La pièce principale sert à la fabrication du brocciu et du fromage, deux couloirs distribuent sur d’autres espaces avec des fromages en saumure, des chambres froides et une cave pour l’affinage. L’accès aux lieux pour une visite nécessite des surchaussures jetables pour le respect des normes sanitaires européennes.


5e jour : visite de Corte et randonnée au Lac de Melu

En partant d’Ajaccio, comptez environ 1h30 pour Corte. Une fois arrivé dans le centre ville, nous vous conseillons de vous garer au parking (payant) de la Citadelle. Vous pourrez découvrir un musée et monument historique très intéressant que les enfants vont adorer.

La citadelle de Corte (surnommée nid d’aigle) est une citadelle du xviiie siècle construite autour d’un château du xve siècle et « musée de la Corse » de 1984 à Corte en Haute-Corse. La citadelle est classée aux monuments historiques depuis le 10 août 1977.

En 1984 le site est ouvert au public. Il offre une vue panoramique exceptionnelle sur les vallées de la Restonica et du Tavignano. Le château dans l’enceinte de la citadelle accueille :

  • Le musée de la Corse (musée d’Art et d’Histoire et musée régional d’Anthropologie de la Corse).
  • Le fonds régional d’art contemporain de Corse (FRACORSE)
  • Le centre de culture scientifique et technique de Corse (CCSTI)
  • Le pôle touristique centru di Corsica.
Escalier dans la citadelle qui servait pour accéder à la citadelle depuis la rue du Donjon
Vue panoramique depuis la citadelle sur la vielle ville et le paysage montagneux de la Corse

Après cette visite monumentale, nous vous conseillons la randonnée du Lac Melu qui plaira aux petits et comme aux grandes personnes. Depuis la vallée de la Restonica (la D 623), au départ de Corte (20mn en voiture) :

Il est préférable d’avoir un véhicule pour aller au terminus de cette vallée qui fait 16 Km. Ensuite vous avez la possibilité de laisser votre voiture au Parking du « Lamaghjosu » – alt. 1350 m (parking payant à partir du mois de mai jusqu’au mois de septembre : 6 € pour une voiture et 3 € pour une moto). Pour démarrer votre randonnée vers les lacs : il faut environ 1h30 pour arriver au 1er lac : le Lac de MELO (alt. 1711 m), après avoir franchi des dalles un peu vertigineuses aménagées d’échelles et de chaînes.

Suivre vers la droite la rive du lac pour s’élever ensuite vers le 2ème lac : le Lac de Capitello (alt. 1930 m) à 45 mn de marche en plus. Dénivelé : 341 m et 560 m ; Balisage : Jaune.

La randonnée au lac de Melo est relativement facile, mais est sous-estimée de beaucoup. On ne doit pas oublier qu´on se trouve dans les hautes montagnes et c´est pourquoi un équipement adapté est nécessaire. Le plus important sont de bonnes chaussures.

Le lac Melu ou Melo : un petit coin de paradis à 1700 mètres

6e jour : le site préhistorique Filitosa

Le site préhistorique de Filitosa, classé Monument Historique vous invite à découvrir sa collection de vestiges d’archéologie parmi les plus beaux d’Europe.

En 1946. Charles-Antoine Cesari, nouveau propriétaire des lieux fait la découverte de plusieurs statues-menhirs ensevelies dans le maquis : soixante-dix au total. Des fouilles ont été orchestrées pendant plusieurs années sur le site et ont permis de mettre en lumière le vaste ensemble architectural composé de statues-menhirs, de murs d’enceinte, d’armes et de tessons de céramique mais aussi d’un village et de cabanes.

Les recherches ont permis de déterminer que le site de Filitosa était occupé du VIème millénaire avant notre ère jusqu’à l’époque romaine.

De nos jours, les statues-menhirs en granite conservent encore une part de mystère quant à leur signification.

La visite se déroule suivant un parcours au cœur des oliviers sauvages, des chênes, et de la « fileta » (fougère) au fil de ce décor champêtre, vous découvrez en premier lieu l’impressionnante « Filitosa V », qui semble monter la garde, armée de son épée et de son poignard.

Filitosa présente une multitude d’intérêts pour tous les publics, de la beauté de ses vestiges archéologiques à la richesse de son environnement naturel préservé
Il y a aussi un magnifique jardin avec des saules pleureur centenaires

Actualité

Le groupe Costa Croisière commence à utiliser du biocarburant

Costa Croisière

Quelques semaines après avoir annoncé la création de son département dédié à la décarbonation, le groupe Costa, premier opérateur de croisières en Europe avec ses deux compagnies Costa Croisières et AIDA Cruises, et membre de Carnival Corporation & plc, a franchi une étape majeure dans sa stratégie de décarbonation : le groupe annonce le début des tests de l’utilisation de biocarburant à bord d’un de ses navires de la marque AIDA Cruises.

Dans le cadre de ses efforts de réduction des émissions de CO2, le 21 juillet 2022, AIDAprima est devenu le premier navire de croisière de grande envergure à être ravitaillé avec un mélange de biocarburant marin, fabriqué à partir de matières premières 100 % durables telles que les huiles de cuisson usagées, et de gazole marin (MGO) pendant son escale à Rotterdam, avec la coopération du pionnier néerlandais des biocarburants, GoodFuels. AIDAprima effectue actuellement des croisières de sept jours depuis Hambourg en Europe occidentale et la Norvège.

Ce projet est une étape importante de la stratégie de décarbonisation du groupe Costa, qui prévoit des programmes de tests de technologies et de processus visant à améliorer l’efficacité de la flotte existante.

Avec le lancement réussi de l’utilisation du biocarburant, il sera prouvé que la décarbonation progressive est possible même sur les navires déjà en service. Une condition préalable
importante est toutefois que les biocarburants puissent être disponibles à l’échelle industrielle et à des tarifs compétitifs.

Outre l’utilisation de biocarburants, les efforts du groupe vont également vers l’installation de la première pile à combustible à bord d’AIDAnova et la mise en service de ce qui est actuellement le plus grand système de stockage de batteries dans le domaine de la navigation de croisière, avec une capacité de dix mégawattheures à bord d’AIDAprima. En outre, le groupe Costa se concentre sur l’expansion et l’utilisation accrue de l’énergie à terre dans les ports où l’infrastructure à terre est disponible.

Le groupe avait déjà testé l’utilisation de biocarburants régénérés dans des moteurs diesel marins avec des partenaires de recherche de l’université de Rostock. Aujourd’hui, le premier déploiement a eu lieu dans les opérations régulières des navires. La coopération avec GoodFuels va maintenant être développée sur le long terme.

Avec ces mesures à court, moyen et long terme, le groupe Costa contribue activement à la réalisation des objectifs de développement durable des Nations unies et des objectifs de
décarbonisation du Green Deal européen.

Au fil des ans, le groupe Costa a été à la pointe de l’innovation durable pour l’ensemble de l’industrie en introduisant régulièrement, en premier dans le secteur, de nouvelles technologies avancées à bord de ses navires et dans les nouveaux bâtiments. La compagnie a été la première à introduire la propulsion au GNL – la technologie de carburant la plus avancée disponible pour réduire les émissions -, 4 navires étant déjà en service dans la flotte du groupe Costa. En outre, la majorité des navires de la flotte sont équipés de capacités d’alimentation à quai pour être à zéro émission dans les ports, où cette technologie est disponible.

Continue Reading

Actualité

La liste des aéroports européens qui ont le plus de retard

Avec le manque de personnel, les grèves, ainsi que le retour en masse des touristes, il règne un certain chao dans les aéroports européens. Depuis des semaines s’enchaînent les reportages montrant des passagers qui sont excédés face au retard voire à l’annulation de leurs vols, ou s’échinant à remplir des formulaires pour retrouver leurs bagages parmi des milliers bloqués dans des terminaux.

La société Hopper, qui s’est servie des données de l’Official Aviation Guide, un fournisseur d’informations relatives aux vols, a publié le 12 juillet 2022 un classement des plus mauvais élèves en Europe, relayé par Bloomberg le même jour.

Hopper a fait une moyenne des annulations et des retards de vols observés entre le 1er et le 10 juillet – le classement reflète donc la situation au début du mois de juillet, situation qui a pu évoluer par la suite ces derniers jours.

Le nombre de personnes affectées n’a donc pas été pris en compte, ce qui peut expliquer que les aéroports les plus médiatisés, comme celui de Heathrow à Londres qui a choisi de limiter la vente de billets pour le reste de l’été, tant que la pagaille n’a pas été réglée, ou Charles-de-Gaulle et ses milliers de bagages agglutinés, ne sont pas les premiers de la liste.

Les trois meilleurs : Bruxelles, Francfort, Eindhoven

En tête, on retrouve l’aéroport de Bruxelles-National avec 72 % de vols retardés et 2,5 % de vols annulés sur les dix premiers jours de juillet. Viennent ensuite les hubs de Francfort (68% de retards, et près de 8% d’annulations), d’Eindhoven aux Pays-Bas (67 % de retards, et 1,8 % de vols annulés).

En quatrième, cinquième et sixième positions, on retrouve Londres-Luton, et Liszt Ferenc (Hongrie), et Lisbonne.

Deux aéroports français sont dans ce top 10 : Charles de Gaulle à la 7e place, avec 62% de retards, et 3,1% d’annulations, et Nice (9e place), avec 60% de retards, et 3,4% d’annulations.

Amsterdam-Schipol (8e) et Londres-Gatwick (10e) sont dans le bas du classement.

À noter que le site a également fait une liste des bons élèves, parmi lesquels figurent deux aéroports français : Marseille, avec 20% de vols retardés, et 2% de vols annulés, et Orly, avec 21% de retard et 1,2 % d’annulations.

Continue Reading

Actualité

Voyage au Portugal : quelles sont les nouvelles conditions d’entrée ?

Au Portugal, le pass sanitaire n’est plus en vigueur. Le port du masque reste toutefois obligatoire dans les transports publics, les établissements de santé et les maisons de retraite. Des dispositions spécifiques s’appliquent pour les archipels de Madère et des Açores.

Le 21 avril 2022 le Conseil des Ministres portugais a annoncé de nouvelles mesures d’allégement tout en conservant le niveau actuel d’alerte.

Les nouveaux décrets lèvent un certain nombre d’obligations, en particulier le port du masque dans les espaces fermés. En revanche, il reste obligatoire dans les transports publics de passagers, y compris le transport aérien, le transport de passagers en taxi ou TVC (Véhicule de Tourisme avec Chauffeur).

Ce qui change également c’est que le régime du Passenger Locator Form est abrogé. Ainsi les passagers des vols à destination ou en provenance du Portugal continental ou des navires de croisière ne sont plus tenus de le remplir lorsqu’ils accostent au Portugal continental.

Continue Reading
Advertisement

Les + lus